PRESSKIT ETÉ 2020

HIGHLIGHTS

Quelles surprises réserve Crans-Montana ?

Highlights_435_290

EVENEMENTS

Les événements à ne pas manquer cet été

Events_435_290

DESTINATION FAMILLE

Une destination qui chouchoute les familles

Famille_ete_435_290

SPORT

Dans un élan de plaisir

Article4

NATURE

Face à la liberté

Nature_435_290

CULTURE

Histoire de découvrir

Article6

CARPE DIEM

Pour un moment précieux

Carpe_diem_spa_435_290

HISTORIQUE

Crans-Montana, une histoire de pionniers

8

MATERIEL VISUEL

Visuel

2

ACCES

Facile d'accès

Acces_435-290

PRESSKIT ÉTÉ 2020 - HISTORIQUE

CRANS-MONTANA – UNE HISTOIRE DE PIONNIERS

Découvrez l’histoire de Crans-Montana lors des différentes balades vous permettant de découvrir les 12 lettres de la destination, accompagnées de portraits vidéos de personnalités locales, installées dans le cadre du 125ème anniversaire de Crans-Montana. L'occasion de mettre en lumière les principaux atouts qui font l'attractivité de la destination Crans-Montana, et d’en apprendre davantage sur cette destination historique.

La station n’existerait pas sans l’Hôtel du Parc, le premier hôtel du Haut-Plateau, ouvert en 1892, mais inauguré en 1893 par le Sierrois Michel Zufferey (1850-1917) et son beau-frère de Miège, Louis Antille (1853-1928). Cette date marque plus d’un siècle d’histoire pour Crans-Montana : 125 ans ! L’histoire de la station dans une région qui ne comportait que des pâturages et des mayens est issue d’une histoire touristique et politique complexe à six communes dont quatre ont fusionné le 1er janvier 2017 à savoir Mollens, Randogne, Montana et Chermignon. Les communes d’Icogne et de Lens composent avec la commune fusionnée de Crans-Montana le territoire du Haut-Plateau.

En 1896, un médecin de Genève, mais qui travaille à Leysin, amène ses malades à l’Hôtel du Parc, le Dr Théodore Stephani (1868-1951). Cet autre pionnier sera déterminant pour la naissance de Montana comme station de cure. Ses 1300 photographies permettent de se représenter le Crans-Montana d’autrefois, ses ressources climatiques autour des lacs, le bon air des Alpes et le soleil. Elles sont à la source du marketing de la station, car il fut un membre fondateur de la Société de Développement de Montana dès 1905, puis Président jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Grâce à lui, de nombreuses personnalités séjourneront à Montana comme Ferdinand Hodler (1853-1918) venu rendre visite à son fils Hector, phtisique comme on appelait alors la tuberculose. En 1915, Hodler peindra une dizaine de tableaux, tous intitulés Lacs de Montana, révélant ainsi un paysage hors du commun. En 1921, l’écrivaine néo-zélandaise Katherine Mansfield (1888-1923) a rendez-vous avec le médecin pour commencer une cure. Elle y écrira des nouvelles, les Montana Stories Dans les années vingt, Montana est qualifiée de « Perle des Alpes ».

Un des premiers noyaux architectural est né autour du funiculaire qui date de 1911. Pas loin, un premier Sanatorium est érigé, le Beauregard, construit en 1899 sous l’impulsion du Dr Stephani mais qui fera faillite. Il est racheté par les Anglais de la compagnie Lunn en 1904 et le Sanatorium est transformé en Palace. Ce premier Palace de Montana, suite à la crise de 1929, est revendu et deviendra l’hôtel Bellevue. Il est aujourd’hui la plus grande clinique oncologique de Suisse, la Clinique bernoise, car le canton de Berne a racheté l’ancien hôtel Bellevue après la Seconde Guerre mondiale. La Clinique bernoise a été réalisée en 1949 par Jean-Marie Ellenberger (1913-1988), un ami du Dr Stephani. Ellenberger va ainsi marquer l’identité de la station avec ses chalets modernes, ses églises et chapelles à Icogne, à Crans, à Montana, à Chermignon, à Sierre jusqu’à la Tour Supercrans (1968) à Vermala.

Le patinage, le bob, la luge, le ski ou le tennis ont développés des infrastructures pour le plus grand plaisir des touristes et des habitants. En 1960, une patinoire artificielle accueille de grands tournois de hockey mais aussi le jeu Interneige en 1967. Transformée, elle est actuellement le plus grand espace public de la station non loin du centre historique. Du haut de la colline du Parc, cette colline fondatrice, la vue sur le panorama grandiose et sur la station de Crans nous donne l’occasion d’aborder brièvement son origine : née autour de l’histoire du golf dès 1906 et de son premier hôtel érigé lors de la première Guerre mondiale pour accueillir, entre autres, les internés, mais aussi les têtes couronnées. Le ski sera le deuxième moteur économique de la station, après le golf dont l’origine date de ces Anglais du Palace qui ont aussi créé les premières courses de ski. Le Dr Théodore Stephani sera lui aussi friand de ski comme le montre ses photographies datant de 1899.

L’exposition des 125 ans sur le site d’Ycoor retrace l’histoire de Crans-Montana en photographies issues en partie des photographies du médecin, mais aussi des photographies de Charles Dubost et Jean Deprez, arrivés durant la Première Guerre mondiale, accueillis eux aussi par le Dr Stephani. En tant que Président de la Société de Développement de Montana, il commandera de nombreuses cartes postales et affiches qui ont représenté la station pour attirer une clientèle du monde entier. Depuis 1939, les touristes peuvent profiter, entre autres, de l’European Master de golf, un Top Events de Crans. Les Championnats du Monde de ski en 1987 ont propulsé Crans-Montana dans les rangs de grandes stations internationales dans les Alpes. Elle est maintenant en lice pour tenter d’obtenir les Championnats du Monde de ski de 2025.

 

Dr Sylvie Doriot Galofaro, ethnologue et historienne de l’art, auteure de deux livres sur Crans-Montana :

  • Un siècle de tourisme à Crans-Montana. Lectures du territoire. Ouvrage collectif, Ayer, Editions Porte-Plumes, 2005, 211 p.
  • Une histoire culturelle de Crans-Montana. Paysages, architecture, arts visuels, littérature et cinéma en Valais. Neuchâtel, Editions Alphil, 2017, 320 p.